Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Giroflée des murailles

Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Jeunes Européens : un avenir bleu nuit aux étoiles sombres

Jeunes Européens : un avenir bleu nuit aux étoiles sombres

De même que le Premier Ministre portugais, il y a un an, enjoignait ses jeunes à émigrer, Angela Merkel réitère ce conseil, "jeunes Européens chômeurs, partez !".

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/07/04/20002-20120704ARTFIG00611-le-premier-ministre-portugais-conseille-aux-jeunes-de-partir.php

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/06/16/20002-20130616ARTFIG00124-merkel-aux-36millions-de-jeunes-chomeurs-europeens-partez.php

Les jeunes sont l'avenir d'une nation. Un pays qui exhorte ses jeunes à partir est un pays en crise. Le phénomène est amplifié lorsqu'il s'agit de tout un continent (ou plus exactement ici de l'organisation supranationale qu'est l'UE, puisque des pays tels que la Norvège, la Suisse ou l'Islande ne subissent pas la crise de plein fouet).

Merkel s'inscrit ici dans la logique ultra-libérale, la logique du déracinement, qui consiste à considérer les marchandises, les capitaux et les hommes comme autant d'éléments volatiles, dispersibles, soumis à la libre-circulation et au marché tout-puissant. Les récentes mesures en faveur de la flexibilité de l'emploi, qui consistent à se servir de l'employé comme d'un Kleenex, bon à tirer, bon à jeter, nous dévoilent un peu plus chaque jour l'ampleur du système ultra-libéral qui accompagne la « mondialisation inévitable » prônée par ceux qui ont décrété que l'Histoire était écrite, ceux qui ont défini ce qui était progressiste et ce qui était réactionnaire, ceux enfin,qui ont décidé que la minorité issue du monde de la finance régirait le reste de l'humanité. Cette logique conçoit l'homme comme un individu dénué de tout lien avec les autres individus. La société doit s'atomiser pour ne plus offrir de cadre de résistance au marché. L'individu, lorsqu'il est seul, est beaucoup plus vulnérable que lorsqu'il est associé à d'autres, au sein de structures multiples qui doivent donc voler en éclat pour céder la place au marché. Sont visées la nation, la République (on préférera attiser les antagonismes entre communautés, et les divisions ethnico-religieuses, promues par SOS Racisme et consorts) la religion en tant qu'elle s'organise en système défendant des valeurs autres que celles du marché (donc entre autres l'Eglise catholique), la famille (d'où le mariage unisexe). Bien sûr, on ne dira pas que le torpillage de ces structures a pour but l'extension illimitée du marché ; on les traitera comme des concepts passéistes, rétrogrades, réactionnaires.

Ainsi, les jeunes Français, Espagnols, Portugais, Grecs sans emplois sont cordialement invités à émigrer (tandis qu'ils seront remplacés par des travailleurs moins chers venus d'Afrique du Nord exploités par le patronat) pour trouver du travail « là où il y en a dans l'Union européenne ». Outre l'aspect plaisant de l'oxymore « UE / emploi » (la zone du monde où le taux de chômage - 12,5% - est le plus élevé est la zone euro, cœur de l'UE, alors qu'elle avait été créée pour promouvoir la croissance - d'où la récession - et l'emploi - d'où le chômage de masse - mensonge, quand tu nous tiens !), on observera qu'il y a toujours du travail là où les salaires sont bas. Que les chantres de l'Europe aient au moins la décence d'avertir les populations des conséquences de leur projet fédéraliste. Pour qu'il y ait Europe fédérale, il faut qu'il y ait harmonisation de toutes les composantes d'une société ; il faut donc travailler plus, plus longtemps et pour moins cher (eh oui, un ouvrier polonais ou roumain coûte bien moins cher qu'un ouvrier français,l'industrie française mise en concurrence avec celle des pays de l'Est est donc vouée à disparaître). Tout ce qui a trait à un système de protection sociale est à mettre à la décharge. Le nouveau marché humain des gamètes, du sperme et des ventres permis (ou bien prochainement admis. Quand on veut faire avaler l'inavalable aux gens, on y va progressivement, étape par étape, en tablant sur leur accoutumance inéluctable, leur docilité, et leur résignation) par la législation sur le mariage gay qui touche de plus en plus de pays en Europe est une acquisition supplémentaire du capital. Femmes européennes chômeuses, vous savez ce qui vous reste à faire ! La même chose que les femmes étasuniennes chômeuses. On n'arrête pas le progrès...

Mais on entend incessamment «L'Europe, c'est fantastique ! Il faut faire l'Europe ! L'Europe est incontournable aujourd'hui dans notre monde mondialisé. » et autres fadaises répétées en boucle à des esprits lobotomisés et de bonne volonté. Puisqu'on leur a répété que l'Europe, c'était la paix, il est donc naturel de penser que les opposants à l'UE sont soit des fascistes, soit des réacs qui n'ont rien compris à la marche de l'Histoire (avec sa grande hache :).

Seulement, lorsqu'ils se rendront compte qu'ils ont le choix entre des allocs qui se réduisent à peau de chagrin, et le salaire d'un ouvrier bulgare, ils réviseront sans doute leur position.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Steve 13/12/2013 21:37

Bien vu !