Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Giroflée des murailles

Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Le diable au corps - Raymond Radiguet

Le titre intrigue au premier abord, tout comme la fulgurance du destin de son auteur, mort à vingt ans. Ce roman, écrit par un adolescent de 17 ans, d'inspiration autobiographique, nous présente l'aventure amoureuse vécue par un garçon de 16 ans et une jeune femme récemment mariée à un homme parti au front, durant la Grande Guerre.

D'une facture classique par la forme, son originalité se révèle dans le contenu du roman.

La progression du roman nous permet de suivre l'évolution de la relation entretenue par François et Marthe, largement influencée par la société alentours. Après des hésitations, ce collégien d'Henri IV délaisse les études pour se rapprocher de la jeune femme fiancée à Jacques, sèche les cours pour aller avec elle acheter le mobilier de la chambre à coucher, choisi par lui pour un couple d'emblée désuni. Cette chambre sera le théâtre de leur passion et finira par inspirer du dégoût au jeune homme.

L'histoire est envisagée selon un point de vue interne ; nous voyons à travers les yeux de François. Néanmoins celui-ci s'efforce d'avoir sur la situation un regard équilibré, reconnaissant parfois avec un décalage aux conséquences incurables – la maladie de Marthe qui entraînera sa mort - son comportement tyrannique et puéril.

Le narrateur exerce son emprise sur le lecteur qui ressent une proximité presque obligée avec lui. Il est le témoin des ébats amoureux du couple adultère et celui des fluctuations sentimentales de François.

Ce roman revêt des allures de scandale en ce qu'il bafoue à la fois morale, famille, patrie et justice : Marthe est une femme mariée, dont le mari défend la patrie au front, et qui a une relation amoureuse avec un mineur.

Les personnages principaux, la triade Femme-Amant-Mari, sont entourés d'une multitude de personnages secondaires, les familles de Marthe et François, les voisins, René, l'ami dont se détache peu à peu François à mesure que se concrétise sa liaison. Les tiers ont une importance primordiale sur les deux amants en ce que la rumeur, le qu’en-dira-t-on est un écueil qu'ils cherchent à éviter tout en finissant fatalement par y sombrer.

L'auteur excelle dans la description des sentiments, que l'on retrouve dans Le bal du comte d'Orgel, avec une gradation dans l'intensité et une finesse dans l'analyse des nuances.

On conseillera le film de Claude Autant-Lara (1947) avec Micheline Presles et Gérard Philipe !

Le diable au corps - Raymond Radiguet

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article