Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Giroflée des murailles

Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Le Parlement d'Athènes reconnaît la Palestine

Mahmoud Abbas et Alexis Tsipras à Athènes le 22 décembre 2015
Mahmoud Abbas et Alexis Tsipras à Athènes le 22 décembre 2015

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, était en visite officielle à Athènes ce mardi 22 décembre 2015. C’est en sa présence que le Parlement grec a adopté aujourd'hui une résolution appelant le gouvernent grec à reconnaître l'Etat palestinien. Tous les partis parlementaires se sont prononcés en sa faveur.

Mahmoud Abbas s'est dit «fier de se trouver dans le Parlement grec, le sanctuaire de la démocratie», et a remercié les députés grecs pour ce vote, qui «contribue à la création d'un Etat palestinien». Le premier ministre grec Alexis Tsipras avait annoncé lundi à l'issue de ses entretiens avec Mahmoud Abbas l'officialisation du nom « Palestine » sur les documents grecs en remplacement du terme «Autorité palestinienne», utilisé jusqu'ici. Il a souligné que «la Grèce s'engageait à l'instauration d'un Etat palestinien viable, indépendant et souverain sur la base des frontières fixées en 1967 et ayant comme capitale Jérusalem Est, un pays qui coexistera pacifiquement avec Israël». La ville a pourtant été conquise par l'armée israélienne lors de la Guerre des Six Jours en juin 1967 et est depuis lors sous occupation. En 1982, Israël a promulgué une loi annexant la partie Est de la ville à Jérusalem et au territoire israélien. Même si cette annexion a été condamnée par la communauté internationale, la déclaration du président grec souhaitant une Palestine ayant Jérusalem Est pour capitale semble aujourd’hui peu susceptible d’être suivie d’effets.

Il faut également rappeler que la Grèce s'est rapprochée d'Israël ces dernières années, notamment en matière énergétique et militaire. Un important accord militaire s’est conclu à Tel Aviv le 19 juillet dernier, entre le gouvernement israélien de Netanyahou et le gouvernement dirigé par Syriza. Le 3 août 2015, un communiqué des forces de l’air d’Israël (Israeli Air Force) informait qu’ « exercice d’entraînement », de « grande ampleur », s'était déroulé fin juillet dans le ciel hellène. Pendant deux semaines, des hélicoptères de l’Etat hébreu ont ainsi survolé « les zones montagneuses qui n’existent pas en Israël et pratiqué des vols de longue distance depuis des bases aériennes israéliennes jusqu’en Grèce », dans le cadre d’une manœuvre conjointe de leurs aviations militaires, a souligné le lieutenant-colonel Matan, commandant de l’armée israélienne.

Le point commun le plus important entre Israël et la Grèce : leur défiance vis-à-vis de la Turquie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article