Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Giroflée des murailles

Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Diana Johnstone : le progressisme d'Hillary Clinton s'arrête aux femmes et aux minorités

Diana Johnstone : le progressisme d'Hillary Clinton s'arrête aux femmes et aux minorités

« Je ne pense pas que vous soyez qualifiée si vous recevez 15 millions de Wall Street via votre super PAC. Je ne pense pas que vous soyez qualifiée si vous avez voté pour la guerre désastreuse en Irak (...) Je ne pense pas que vous soyez qualifiée si vous avez soutenu l'accord de libre-échange avec le Panama » a répliqué Bernie Sanders à Hillary Clinton après que celle-ci a mis en cause les compétences du sénateur du Vermont pour devenir président. Depuis le début de la campagne des présidentielles américaines, comment Bernie Sanders est-il parvenu à troubler le jeu de la favorite Hillary Clinton ?

Diana JOHNSTONE. - Sans aucun doute, au sein des élections primaires, Bernie Sanders est le candidat qui suscite – et de loin – le plus d’enthousiasme. Ce qui ne veut pas dire qu’il gagnera la nomination démocrate. Hillary Clinton bénéficie toujours de quelques 700 « superdélégués », les notables du Parti démocrate, qui représentent à peu près le tiers du nombre nécessaire pour être désigné candidat. Dans le Nord et l’Ouest, Sanders continue à gagner, mais tout au début Mme Clinton avait accumulé une belle avance dans les Etats du « Sud Profond ». Et ce, paradoxalement, grâce aux votes des Afro-Américains, quoique le bilan et le programme de Sanders soient globalement plus favorable que ceux de Clinton aux intérêts de ces derniers. Mais la majorité des Afro-Américains du Sud qui vont aux urnes sont des femmes d’un certain âge, qui associaient la Clinton avec leur héros Obama et qui sont plus influencées par leur pasteur que par Internet.

Internet a-t-il joué un rôle important en faveur de la candidature de Bernie Sanders ?

En effet, Internet joue un rôle sans précédent dans ces élections. Cela explique que l’enthousiasme pour Sanders soit d’abord né parmi les jeunes avant de se répandre chez leurs aînés.

En Europe, la presse véhicule majoritairement le message suivant : cette élection présidentielle sera un affrontement manichéen entre un fou républicain dangereux (Trump) et une femme qui représente à la fois nos valeurs et le réalisme. Les bienséances dictent que nous appuyions la brave Mme Clinton.

Pourtant, la méfiance envers le storytelling des grands médias est incomparablement plus développée aux Etats-Unis qu’en France. Internet propose des alternatives, parfois délirantes qui reçoivent davantage d’adhésion que les solutions traditionnelles proposées par les candidats plus installés.

Qu’est-ce qui explique le succès de Bernie Sanders ?

Sanders est acclamé parce qu’il dénonce la dégradation de la vie intérieure des Etats-Unis durant les dernières décennies. Il véhicule l’idée que le système politique favorise le capital financier et le complexe militaro-industriel, intimement imbriqués. Il soulève divers facteurs : l’écart immense qui existe entre une minorité de milliardaires et la majorité de la population, la détérioration de l’infrastructure politique, le fait que les Etats-Unis abritent la plus importante population carcérale de la planète, ou encore l’endettement faramineux des jeunes diplômés à l’aube d’une carrière incertaine. Sanders avoue qu’il ne peut pas changer tout cela seul mais appelle aux citoyens de l’aider dans l’effort. A l’inverse, Clinton apparaît à tous ces gens qui refusent en masse le « système » comme grassement subventionnée par Wall Street. Ils n’acceptent pas son progressisme, qui leur paraît se limiter à prôner la réussite des femmes et des individus issus de la « diversité ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article