Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Giroflée des murailles

Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Soirée du parti Kataëb : le député Samy Gemayel présente les enjeux des législatives libanaises à Paris

Conférence de Samy Gemayel

Conférence de Samy Gemayel

Samedi 3 juin, sous une pluie battante, la péniche Les Calanques, amarrée à Boulogne-Billancourt, a accueilli une soirée organisée par le parti libanais Kataëb (les Phalanges libanaises). La soirée a débuté par une allocution du chef du parti, Samy Gemayel, député au Parlement au siège maronite depuis 2009. Ayant demandé à l'assistance au début de son intervention quelle langue utiliser, il a prononcé son discours en libanais. Devant deux cents personnes, le petit-fils du fondateur des Phalanges a lancé une charge contre le Hezbollah afin de dénoncer son emprise sur les décisions politiques du président Aoun.

Clientélisme et corruption en ligne de mire

Il a par ailleurs insisté sur le clientélisme et la corruption qui sévissent au Liban. Un des des sujets majeurs abordé a été celui de la production d'électricité. Ce dossier est porté par le ministre de l’Énergie et de l'Eau, César Abi Khalil qui a, entre autres, porté plainte contre Samy Gemayel – ce dernier a demandé jeudi 1er juin la levée de son immunité parlementaire. Le jeune député juge que les citoyens sont soumis à un « zaïm » - c'est-à-dire, dans le jargon libanais, un chef de clan politique et confessionnel – déguisé en ministre. Le deuxième fils d'Amine Gemayel, qui fut président du Liban de 1982 à 1988, s'est indigné du gaspillage d'argent public auquel se livrerait l’État dans la location de navires-centrales. Il a rappelé que selon les critères internationaux, la production d'un mégawatt d'électricité coûterait un million de dollars. Les 800 mégawatts à produire devraient donc coûter la somme d'un milliard et 100 000 dollars – car il faut ajouter le coût du navire, 300 000 dollars. Or ces bateaux sont loués à un milliard et 800 000 dollars, un montant déraisonnable, selon M. Gemayel. Dans la même veine, il a pris l'exemple du coût du nettoyage du fleuve Litani, très pollué – un chantier lancé en grande pompe en octobre 2016 – largement surestimé selon lui. « Ce sont des pratiques politiques d'un autre âge. Cette propagande et ces mensonges visent à soumettre les Libanais et en faire des moutons. Pendant ce temps, nous assistons à des accords passés entre des politiciens supposément adversaires pour des intérêts privés à caractère financier. » Il a ainsi plaidé pour davantage de transparence, en particulier au sujet des marchés publics. Se posant en politicien moderne, il a évoqué l'importance des réseaux sociaux et leur pouvoir d'influence, notamment sur le retrait du projet de loi qui prévoyait la création de nouvelles taxes.

Le président des Phalanges libanaises a, à de rares occasions, émaillé son discours de passages en français. Il a réitéré sa volonté d'un projet libanais sans ingérence étrangère. « Les Libanais doivent décider de la destinée de leur nation. Pas les puissances régionales aidées par les partis libanais aux ordres. »

Élections législatives en vue

La venue de M. Gemayel à Paris était principalement causée par les élections législatives à venir. Celles-ci auraient dû être organisées en 2013, mais des désaccords sur la nouvelle loi électorale l'ont empêché. Initialement, le Parlement, formé en 2009 et qui a déjà été prorogé deux fois aurait dû être renouvelé d’ici le mois de juin, mais le scrutin aura finalement lieu cet automne. Chacun des camps politiques optait pour un découpage électoral du pays qui lui soit favorable.

Le Hezbollah, parti islamiste chiite, se prononce pour que le pays dans son ensemble représente une seule circonscription. Il est allié au Courant patriote libre chrétien, le parti présidentiel. Les chrétiens qui ne sont pas proches du CPL sont partisans du plus grand nombre de circonscriptions possible, car ils estiment que ce découpage leur permettrait d’avoir davantage de députés et d’être ainsi mieux représentés. Aujourd’hui, la division en quinze circonscriptions, qui va plutôt dans le sens des attentes des chrétiens, semble retenue.

La loi électorale devrait voir le jour d'ici le 20 juin, ce qui était une des grandes promesses de campagne du président Michel Aoun. Samy Gemayel a précisé que le programme des Kataëb serait approfondi et rendu public dès lors que les dates des élections seraient connues. Il a promis qu'il serait alors de retour à Paris, dans le cadre de la campagne électorale.

Après la fin de son discours et d'une séance nourrie de questions-réponses, les partisans des Kataëb, qui étaient venus de toute la France, ont pris de multiples photos avec le président du parti – celui-ci était accompagné de sa femme, Karine Tedmouri, Franco-Libanaise sunnite qu'il a épousée l'an dernier. Un dîner animé par des musiques, des danses, et une tombola, a été servi à bord de la péniche, et a conclu la soirée.

Le président des Kataëb

Le président des Kataëb

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article