Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Giroflée des murailles

Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Quand Juncker qualifie de « ridicule » le Parlement européen

Capture d'écran de la vidéo d'Euractiv

Capture d'écran de la vidéo d'Euractiv

Mardi matin, l'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg comptait fort peu de députés pour le débat sur le bilan de la présidence maltaise du Conseil de l'UE, en présidence du premier ministre Joseph Muscat. Ce qui a eu le don d’agacer le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, pas avare de sorties en rupture avec le protocole.

 

« Le Parlement européen est ridicule, très ridicule. Je salue ceux qui se sont donné la peine d’être en salle, mais le fait qu’une trentaine de députés [sur 751, ndlr] assis à ce débat démontre, à suffisance (sic), que le parlement n’est pas sérieux. […] Si M. Muscat était Mme Merkel, difficilement imaginable [trait d’humour sur le sexe du premier ministre, ndlr], ou M. Macron, plus imaginable, you would have a full house [il y aurait salle comble, ndt], the Parliament is totally ridiculous », a-t-il lancé, passant d’une langue à l’autre sans décolérer, et en tapant sur son micro de façon désordonnée. Au moment où il a basculé en anglais, il a été vivement interrompu par le président du Parlement, l’Italien Antonio Tajani, qui lui fait savoir que « ce n’est pas la Commission qui doit contrôler le Parlement mais le Parlement qui doit contrôler la Commission. » Juncker a alors repris en anglais, continuant de qualifier le Parlement de « ridicule ». Tajani, ne lâchant rien, l’a alors coupé de nouveau, mélangeant italien et français, et le rappelant à l'ordre avec énervement : « Je vous prie d’utiliser un langage différent, nous ne sommes pas ridicules. »

 

Au-delà de cette anecdote un peu bouffonne, l'absentéisme au Parlement européen est-il un signe supplémentaire du désamour des députés européens pour leur propre fonction ? C’est une piste possible, mais pas certaine. Le reproche de Juncker a par exemple agacé certains élus européens, pour qui la multiplication des réunions de travail pendant la session plénière explique la désertification de l’hémicycle. Mais de fait, force est de constater qu’en France, les députés préfèrent largement être élus à l’Assemblée nationale qu’au Parlement européen, cédant volontiers leur place dans cette dernière instance à leur suppléant en cas de victoire aux élections législatives – c’est le cas en 2017 de Marine Le Pen et de Louis Aliot, mais aussi de Constance Le Grip et de Jean-Luc Mélenchon. Enfin, il convient de rappeler que la désaffection des eurodéputés pour le Parlement européen provient sans doute du fait que, l’initiative législative revenant exclusivement à la Commission, ils peuvent se sentir membres d’une chambre d’enregistrement, et non investis d’un rôle actif.

 

Pourtant, le prestige de l’Assemblée nationale est-il inversement proportionnel au pouvoir réel qui en émane ? En effet, la majeure partie des textes qui y sont votés sont d’origine européenne, directe ou indirecte – par exemple inspirés par les grandes orientations de politique économique remises chaque année au gouvernement, qui lui donnent les indications à suivre pour l’année à venir. Qu’il s’agisse de la réduction des dépenses de santé, ou de la déréglementation du droit du travail et des professions réglementées, les GOPÉ conditionnent les lois votées par les députés français – quand il ne s’agit pas des règlements européens, qui s’appliquent directement ou des directives, qui sont transcrites presque automatiquement en droit français.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

JuilletSoleil 11/07/2017 14:14

Bonjour,

Merci pour votre article. Tout en restant dans le thème européen et avec la loi travail qui pointe son nez, on peut également parler des syndicats français quasiment tous inscrits à la CES, de Commission Européenne qui édite les GOPE (d'où émane la loi travail) et qui finance la CES ! Avez vous prévu un article sur le sujet ?