Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Drapeau européen à l'Assemblée nationale combattu par la France insoumise

Depuis le mandat de François Hollande, le drapeau européen a fait son apparition à l'Assemblée nationale

Depuis le mandat de François Hollande, le drapeau européen a fait son apparition à l'Assemblée nationale

Ce débat, déclenché par la France insoumise, soulève des revendications partiellement soutenues par le Front national.

Mercredi 4 octobre, les députés de la France Insoumise ont déposé un amendement dans lequel il a été demandé que seuls les drapeaux français et de l'ONU soient présents dans l’hémicycle. Cette polémique n’est pas neuve. Lorsque Jean-Luc Mélenchon était arrivé à l’Assemblée nationale à la fin du mois de juin, une séquence avait immortalisé sa déception de voir qu’y figurait le drapeau européen : « Franchement, on est obligés de supporter ça ? C'est la République française ici, pas la Vierge Marie. Je ne comprends pas. » Et en effet, initialement, le drapeau européen a été conçu par des partisans catholiques de la construction européenne. Arsène Heitz, fonctionnaire européen originaire de Strasbourg, peintre à ses heures et fervent catholique, a proposé dans les années 1950 que le cercle de douze étoiles d'or, sur fond bleu devienne l’emblème de la CEE. Depuis, la défense des « racines chrétiennes de l’Europe » a quelque peu disparu du projet européen…

Le député FN Louis Aliot a encouragé l’initiative des Insoumis (sans toutefois parler du drapeau de l’ONU). « Nous sommes dans l'Assemblée nationale française, c'est normal qu'il n'y ait que le drapeau français », a-t-il déclaré sur LCI. Il s'est montré ouvert à l'idée de soutenir l'amendement, même si les élus FN n'étaient pas présents en commission. Sur Twitter, Florian Philippot a également abondé dans le sens de Jean-Luc Mélenchon : « Il faut bien sûr retirer de l’Assemblée Nationale le torchon de l’oligarchie européiste, mais aussi de l’ensemble des bâtiments officiels ». Robert Ménard, de son côté, a jugé « ordurier » le jugement de l’ancien bras droit de Marine Le Pen… essuyant par la suite de nombreux commentaires négatifs de frontistes hostiles au drapeau européen. Le FN débarrassé du courant "philippotiste" souverainiste semble être favorable au projet alter-européen d'"Europe des nations".

Le président de l’Assemblée nationale François de Rugy (LREM) considère le drapeau européen comme le « symbole d'une paix durable » qui a « toute sa place ». « Je ne sais pas où ils sont allés chercher cette histoire du drapeau français et de l'ONU », a-t-il déclaré sur LCP. « C’est étrange, on pourrait avoir une organisation mondiale qui aurait son drapeau à l’Assemblée nationale et pas l’Union européenne, à laquelle nous appartenons, ratifié par référendum et par le Parlement réuni en Congrès. »

Or la question de l'appartenance de la France à l'UE n'a pas été « ratifiée par référendum » (ceci ne veut rien dire puisque c’est le président qui ratifie un traité, avec l’autorisation des parlementaires). Et le TCE de 2005, qui prévoyait entre autres l'institutionnalisation du drapeau européen comme symbole de l’UE, a été rejeté par les Français à 55%. Enfin, la constitution de la Ve République dispose dans son article 2 que « l’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. » Il n’y a aucune obligation légale de pavoisement européen.

Article 2 de la Constitution de 1958

Article 2 de la Constitution de 1958

C’est durant la présidence de François Hollande que le drapeau bleu étoilé s’est invité à l’intérieur du Sénat et de l’Assemblée nationale. Selon l’ancien candidat à la présidentielle François Asselineau, la présence de ce drapeau constitue même une violation de notre Constitution et de plusieurs circulaires ministérielles.

Pour finir, l'amendement de la France Insoumise a été rejeté par la commission des Lois aux alentours de midi. Beaucoup de bruit pour rien… même si le sujet mérite que l'on s'y intéresse de près. Les symboles ont une force que les mots sont parfois inaptes à retranscrire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article