Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Entretien avec le père Jean-Baptiste Arnaud, délégué épiscopal auprès des jeunes à Paris

Le père Jean-Baptiste Arnaud

Le père Jean-Baptiste Arnaud

Le père Jean-Baptiste Arnaud est délégué épiscopal dans le diocèse de Paris auprès des 18-30 ans. Arrivé à la paroisse Saint-Germain-des-Prés en 2014, il a repris le flambeau d’une formation catéchétique pour jeunes adultes qui connaît un grand succès à Paris : Even. Comme le plus gros centre de ce parcours est à Saint-Germain-des-Prés, nous avons voulu comprendre comment fonctionnait cette initiation à la parole de Dieu et au catéchisme de l’Eglise catholique. Entretien.

 

 

Quand êtes-vous arrivé à la paroisse Saint-Germain-des-Prés ?

 

J’ai été ordonné prêtre en 2007. J’ai pris la suite du père Alexis Leproux en 2014, à Saint-Germain-des-Prés. Auparavant, j’étais à Sainte-Marie-des-Batignolles, dans le 17: j’y avais lancé un groupe Even, ou plus exactement, un parcours de catéchèse pour jeunes adultes – étudiants et jeunes professionnels. Je suis aujourd’hui délégué épiscopal dans le diocèse de Paris auprès des 18-30 ans.

 

Comment est né Even ?

 

Tout a commencé en 2006 lorsque le père Leproux a lancé le premier groupe Even à Saint-Etienne-du-Mont, dans le but de préparer des jeunes à partir aux Journées mondiales de la jeunesse, à Sydney, qui auraient lieu deux ans plus tard. Le mot « Even » signifie à la fois l’école du verbe éternel et nouveau, mais c’est également en un terme qui veut dire « pierre » en hébreu ; rappelons la phrase de Jésus citant un psaume : « la pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle. » Cette école, l’enseignement catéchétique qui y est dispensés sont finalement comparables à une pierre sur laquelle fonder sa vie. C’est donc une école de la parole. Even est un parcours de catéchèse pour les jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans. Il y avait au départ quelques dizaines de jeunes, puis, grâce au bouche-à-oreille, on est vite passé à quelques centaines. En 2009, le père Leproux a été nommé Saint-Germain-des-Prés pour qu’Even trouve sa place dans le paysage des propositions diocésaines pour les jeunes – dont la paroisse Saint-Germain-des-Prés est le cœur, à Paris. Peu à peu, sans qu’on l’ait vraiment recherché, cela s’est développé. Des prêtres issus d’autres paroisses ont souhaité adopter ce parcours. Aujourd’hui on trouve une douzaine de paroisses à Paris qui proposent ce parcours, une vingtaine ailleurs en France, voire à l’étranger, en Allemagne, en Belgique ou en Pologne (après les JMJ de Cracovie). C’est l’intuition d'un fondateur, le père Alexis Leproux, qui nous a ensuite formés à une méthode qui fonctionne.

 

Quelles sont vos responsabilités dans le parcours, et comment s’articule-t-il ?

 

Cette année, je ne m’occupe pas la formation à Saint- Germain-des-Prés – mais le père Thibaut de Rincquesen – mais je gère la coordination de tous les groupes. Je m’occupe aussi du parcours en troisième et quatrième année. En effet, après les deux premières années en paroisse, les jeunes sont invités à continuer le parcours au Collège des Bernardins, en troisième année, pour étudier un évangile dans sa globalité. C’est une année diocésaine : il y a un seul site par diocèse, où se retrouvent les jeunes. Puis, l’année suivante, ils sont envoyés en mission par l’évêque, auprès des adolescents – dans des écoles, des aumôneries, des patronages – ou auprès des malades – en aumôneries d’hôpitaux. Après trois ans d’approfondissement de thématiques théologiques, et d’écoute de la parole vient le temps de la transmission : c’est l’année « terrain » !

 

Comment se déroule une séance à Even ?

 

La séance se déroule en trois temps. On commence par une prière commune ; l’Esprit saint agit sur les jeunes, qui bien souvent sortent d’une longue journée de travail : chants, psaumes, lecture d’un texte des Pères de l’Eglise. Puis le prêtre (parfois ce n’est pas un prêtre mais un couple qui responsable de la formation, comme à Neuilly) introduit le thème de la séance ; s’ouvre alors le moment de réflexion en équipes, qui sont composées d’une dizaine de jeunes. Parmi les thèmes on pourra citer : les dix commandements, le mystère de l’incarnation, les sept péchés capitaux, le mystère du surnaturel, le banquet de l’agneau…

Les jeunes lisent un groupement de textes relatifs à une même thématique tirés de la Bible, des Pères de l’Église ou encore de théologiens. Il y a également des questions qui invitent à la réflexion commune. Nous travaillons sur des textes dans le but d’éveiller l’intelligence de la foi. Puis, en dernier lieu, se déroule la catéchèse du prêtre : celle-ci est en lien avec les textes qui ont été travaillés au préalable en équipes. Ce n’est pas un enseignement magistral mais une prédication prophétique, un appel à la conversion. La foi est un mystère sérieux, pour l'intelligence et la volonté. L’enseignement vise à toucher la vie des jeunes. Cette catéchèse essaie d'ouvrir les cœurs à ce que Dieu veut faire. Il s’agit d’explorer les recoins de leur vie, de transformer leur vie, de leur permettre de trouver leur place dans l’Église et la société. Ce n’est pas un enseignement déconnecté mais concret, illustré par des exemples, qui appelle à l’engagement. La formation proposée par Even n’est pas uniquement intellectuelle. Par ailleurs, des week-ends et des pèlerinages sont proposés à tous dans l’année afin d’approfondir la formation.

 

Quel est le profil type des jeunes qui viennent suivre la formation Even ?

 

Ces jeunes, pour la plupart, sont en train d’effectuer leurs études supérieures, ils sont généralement en fin d'études voire au début de vie professionnelle, et s’ils ont beaucoup investi leurs capacités intellectuelles, il n’en va souvent pas de même avec leur foi. Se créent parfois des déséquilibres entre l’intelligence théorique et l’intelligence relationnelle. La plupart des jeunes qui viennent à Even sont des chrétiens pratiquants qui connaissent déjà la vie de l’Église ; mais leur foi a besoin d'être réveillée ! Ils ont été au catéchisme dans leur enfance, avant de se trouver dans une période plus tiède, plus fade ; ils cherchent à présent à donner un sens de la vie. Ils s’interrogent : « Que vais-je faire maintenant que j'ai fini mes études ? » Il ne faut pas oublier la minorité de jeunes convertis, qui découvrent ou redécouvrent le Christ à 20 ou 25 ans ; ils sont souvent très enthousiastes, heureux de partager ce qu’ils apprennent et vivent, ainsi que de de témoigner. 

Tous répondent à un appel de Dieu. Ils ont entendu parler de l’existence du parcours par des amis. Précisons que la notoriété d’Even est due exclusivement au bouche-à-oreille. Hormis une page dédiée sur le site de la paroisse, nous ne faisons aucune publicité ; c’est uniquement grâce au témoignage de la parole que l’information circule. « Viens et vois ! » est-il écrit dans l’évangile de Jean. C'est comme cela que l’information se répand, et c’est logique. Un jeune marqué par ce qu’il entend et voit a envie de témoigner, répondant à sa vocation de missionnaire. Il apprend aussi un vrai travail de fidélité à son équipe en revenant chaque semaine pour suivre le parcours. Even apprend à être fidèle à l’engagement d’assiduité que l’on a pris en début d’année, et plus largement à toutes les formes d’engagement que l’on peut prendre au cours de sa vie.

 

Existe-t-il un profil des encadrants d’Even ?

 

Il y avait au début un noyau de prêtres qui faisaient leurs études au séminaire de Paris, à Bruxelles chez les jésuites, à l’institut d'études théologiques. Les prêtres ont été formés, ils sont entrés dans le parcours, parce qu’il est préférable de l’avoir suivi pour pouvoir le donner ensuite. Il est important que ce soit le même prédicateur chaque semaine. Il peut avoir beaucoup de charges par ailleurs, mais le parcours Even lui apporte énormément. Nous sommes tous des disciples de la parole du Seigneur, et suivre le parcours témoigne du véritable désir de se laisser traverser par Sa parole.

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler avec les jeunes ?

 

C’est une mission que l'on reçoit. Je l’ai reçue comme un appel pour travailler pour cette génération. Even reste aussi lié à la préparation des Journées mondiales de la jeunesse. Nous avons emmené un gros groupe de jeunes aux dernières JMJ (750 jeunes) à Cracovie. Ce grand nombre s’explique aussi par le fait que la paroisse Saint-Germain-des-Prés est le siège des aumôneries étudiantes à Paris. Nous en emmènerons un plus petit nombre, environ une cinquantaine, à Panama en janvier prochain… car les conditions (période de l’année, coût de transport), ne sont pas les mêmes qu’à Cracovie !

 

Comment se traduit l’engagement des jeunes dans la vie de la paroisse ?

 

L’engagement des jeunes est très important dans la vie d'une paroisse. A Saint-Germain, nous avons des jeunes qui viennent de partout. Le parcours Even est paroissial ; il est lié à la messe des jeunes, le dimanche soir, à l’eucharistie.

Sa mise en place a été une étape forte dans la vie de la paroisse. Auparavant nous avions des propositions catéchétiques pour les enfants, pour plus de trente ans. Et nous avons mis en place ce parcours pour les 18-30 ans, qui sont à un âge charnière de la vie. Ils se mettent au service de la paroisse en animant les messes, en animant les aumôneries des adolescents, ou encore en s’investissant auprès des SDF. Durant le marché de Noël, autour du 8 décembre, l'église s'ouvre sur le quartier, propose un accueil sur le parvis, assuré par des jeunes d’Even en collaboration avec des paroissiens plus âgés.Tout ceci imprime un dynamisme d'engagement des jeunes.

 

 

 

Propos recueillis par Eléonore de Vulpillières

Article initialement publié dans Paris-Saint-Germain-des-Prés.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article