Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

De Gaulle : vivant dans les mémoires

De Gaulle : vivant dans les mémoires
De Gaulle est mort le 9 novembre 1970. Cinquante ans plus tard, si ses principes politiques semblent s'être dissous dans la modernité européenne, sa pensée spirituelle est mise à l'honneur dans deux livres parus au Cerf.
 

L'héritage politique gaulliste s'étiole, récupéré çà et là par les partis avec un opportunisme parfois criant. Pourtant, ce géant français du XXe siècle nous lègue une pensée imprégnée de culture historique, littéraire et chrétienne à redécouvrir cinquante ans après sa disparition. Loin des sondages d'opinion et du narcissisme de certains dirigeants contemporains, le général de Gaulle agissait par conviction et sens du devoir. "Au-delà des circonstances - il n'attendait pas des Français qu'ils lui fussent reconnaissants des services qu'il rendait à la France -, de Gaulle était profondément imbu de la conception pascalienne des ordres qui distinguent l'ordre de la puissance matérielle, celui de l'esprit, celui de la charité", écrit Jacques Julliard dans un petit livre qui vient de paraître aux éditions du Cerf, De Gaulle et les siens. Bien écrit et allant droit au but, l'ouvrage s'attache à retracer les liens qui unirent le général lettré "l'un de ces grands écrivains latins de langue française" salué par Claude Roy, à quatre écrivains catholiques, Bernanos, Claudel, Mauriac et Péguy.

 

Les influences littéraires


Avec Bernanos, la relation est empreinte du sceau du spirituel, c'est "une certaine idée de la France" qui émerge, teintée de grandeur et d'idéalisme. Quant à Claudel, qu'il estime, il ne partage pas son engouement européiste renforcé par sa peur du danger communiste. Il lui répond en 1951, après le vote des députés du RPF contre le plan Schuman : "Quant au plan Schuman et à l'armée européenne je les condamne au nom de l'Europe dont ils ne sont que de fragmentaires caricatures." Il estime que ces prémices de "construction" européenne sont contraires à "l'indépendance nationale et à l'intérêt du pays". Tombé au champ d'honneur en 1914, Péguy est l'écrivain qui a le plus marqué De Gaulle. "Les Français sont des vivants et se résument à leur nombre. La France, elle, compte plus de morts que de vivants. De Gaulle, comme Péguy, pense qu'un chef d'État a des comptes à rendre au passé lui-même, c'est-à-dire à son histoire", résume Julliard. Coïncidence : le ministre de l'Intérieur français Gérald Darmanin vient d'effectuer le 8 novembre une visite officielle en Algérie durant laquelle il a été rendre hommage "aux martyrs de la guerre" - reprenant ainsi la sémantique du régime algérien - au Mémorial du Martyr, piétinant la mémoire des Français d'Algérie, des soldats français et des harkis, tout à fait étranger à cette continuité de l'histoire chère à De Gaulle. On saisit dès lors le gouffre abyssal qui sépare le chef de la France libre de ceux qui ont pu se prétendre ses successeurs sans en articuler le quart de la moitié du commencement d'un principe. Et on risque de se laisser aller à manquer d'espérance pour l'avenir du pays.

 

Mauriac et De Gaulle : la foi et l'espérance


D'espérance, il est question dans le dernier ouvrage de Xavier Patier, qui consacre un chapitre entier à sa déconstruction juste après mai 68. Dans Demain la France, Xavier Patier propose trois tombeaux consacrés à François Mauriac, au résistant Edmond Michelet et à De Gaulle, morts tous trois à l'automne 1970. L'auteur relève chez Mauriac et De Gaulle une communauté de caractères, marqués par le conservatisme et le jansénisme, ainsi qu'un héritage contradictoire, celui "de Marc Sangnier et de Maurice Barrès", la gauche catholique sociale, et la droite nationaliste attachée aux traditions et aux racines. Mauriac voit dans De Gaulle l'homme d'Etat chrétien par excellence. Il a en 1960 cette formule mystérieuse relevée par Julliard : "Chrétien, je me suis senti, quant à moi, confirmé dans ma certitude : Charles de Gaulle n'est pas l'homme du destin, il est l'homme de la Grâce." Pour Patier, après De Gaulle, "le langage a divorcé de la pratique" (ce qu'on constate tous les jours en observant la divergence entre la réalité et la langue chez les hommes politiques : "Ils ne passeront pas" affirmait Emmanuel Macron en parlant des islamistes, quelques jours avant les égorgements dans la basilique Notre-Dame de Nice). "Le cynisme a gagné les discours politiques. Les mots furent détournés de leur sens." Il pointe à cet égard le remplacement du "bon père de famille" du Code civil par le "beauf" de Cabu dans Charlie Hebdo, qui "discréditait l'idée de bon sens, et accessoirement l'idée de famille". Du côté des journalistes, plus de Bloc-Notes - comparable à celui que tenait Mauriac dans le Figaro.

 

Une vie au service de son pays


Une mini-série en 6 épisodes De Gaulle, l'éclat et le secret réalisée par François Velle, a été diffusée sur France 2 en novembre. Cette série historique met en lumière le rôle du général de la Résistance à la présidence du pays, et dévoile une partie de sa vie familiale. Une famille qui comprend, malgré les difficultés, les choix du général qui estime qu'il lui incombe de ne jamais céder face à l'ennemi. Plutôt fidèle à la vie de De Gaulle, la série souligne son sens de la patrie et de l'indépendance nationale face aux Allemands, mais aussi face aux Anglo-Saxons qui tentent de le contourner pour avoir les mains libres sur un territoire de vaincus. De Gaulle, le mémorialiste de talent, dont le premier tome des Mémoires de guerre avait été au programme de littérature du bac L 2011, est toujours présent dans les mémoires. Reste à voir si ses principes politiques - patriotisme, sens du devoir, courage, indépendance de la France - renaîtront un jour.

Eléonore de Vulpillières

Une version plus courte de cet article est parue dans le numéro de novembre du magazine Paris Saint-Germain-des-Prés.

De Gaulle et les siens - Bernanos, Claudel, Mauriac, Péguy ; Jacques Julliard ; Cerf 2020

Demain la France - Tombeaux de Mauriac, Michelet, de Gaulle ; Xavier Patier ; Cerf 2020

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article