Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Exposition : découverte des secrets du verre à Fourmies

Exposition : découverte des secrets du verre à Fourmies

Sur la matinale Ligne Droite, ma chronique du vendredi 17 décembre est à retrouver ici vers 8h40 :  https://www.radiocourtoisie.fr/2021/12/17/la-derniere-ligne-droite-du-17-decembre-2021/ 

Texte de la chronique ci-dessous :

 

Où est-ce que vous avez décidé de nous emmener aujourd’hui, Eléonore ?

Eh bien aujourd’hui Vincent, on s’éloigne un peu de Paris : je vous emmène dans le Nord.

 

Nous voilà à Fourmies, du côté d'Avesnes-sur-Helpe à plus de 100 km de Lens, et des supporters du FC Lens qui chantent tous en chœur cette célèbre chanson de Pierre Bachelet qu’ils entonnent comme un hymne. Fourmies c’est cette ville du Nord, au sud-est du département, à la frontière de l’Aisne, à 8 km de la Belgique. L’histoire de Fourmies est très liée à l'industrie textile. Dès le début du XIXe siècle se sont installées des filatures de laine et de coton. Cette industrie connaîtra son apogée dans les années 1870-1890. Fourmies devient le premier centre de laine peignée en France - technique pour débarrasser la laine de ses impuretés. Evidemment l’industrie lainière ne repose que sur ses ouvriers. 

 

Ouvriers qui ont subi un drame qui a marqué l’histoire il y a 130 ans…

La ville se rend tristement célèbre en 1891 : à l’occasion du 1er mai, le parti ouvrier organise une grève pour obtenir la journée de huit heures. La tension monte au cours de la journée, on a des échauffourées avec les gendarmes, des bousculades, quelques manifestants sont arrêtés… tant et si bien qu’une fusillade des gendarmes fait neuf morts parmi les manifestants, neuf victimes âgées de 11 à 30 ans. Toute la France entend parler de cet événement tragique, le socialiste Jean Jaurès, à ce moment-là adjoint au maire de Toulouse, traverse la France et va à Fourmies pour rendre hommage aux morts. Clemenceau, futur président du Conseil et futur briseur de grève évoque une révolution ouvrière en germe : il déclare “C'est le Quatrième État qui s'est levé”. La suite vous la connaissez Vincent, désindustrialisation, délocalisations, l’industrie de la laine périclite après la Seconde guerre mondiale. Aujourd’hui Fourmies connaît un fort taux de chômage. Et pourtant la ville refuse que l’on oublie son histoire, son patrimoine et sa grandeur industrielle et artisanale. Notamment grâce à ses musées.

 

Des musées consacrés à l’histoire de Fourmies ?

Eh oui, notamment à son histoire industrielle puisqu’il y a deux musées : l'Écomusée de l'Avesnois et le musée du textile et de la vie sociale. Il est installé dans une ancienne filature qui a fonctionné durant cent ans, de 1874 à 1978. On retrouve tous les éléments de l'industrie du textile, les machines sont encore en état de marche, et un ouvrier spécialisé fait découvrir aux visiteurs comment elles fonctionnent, de la laine brute du mouton au produit fini. Il les fait tourner au ralenti histoire qu’on puisse bien comprendre comment ça marche, c’est très vivant, et les visites sont largement accessibles aux familles. Un peu plus loin on trouve toute une reconstitution de la ville telle qu’elle était au XIXe siècle, avec ses vitrines de magasins, sa mercerie-bonneterie, son école avec les cartes Vidal de la Blache et le tableau noir. On fait vraiment un bond dans le temps, il y a 130 ans. Voilà pour le cadre général Vincent… Puisque dans la deuxième partie du musée, on découvre l’exposition du moment, ouverte jusqu’au 3 juillet.

 

C’est une exposition sur l’industrie textile ?

Non justement, puisqu’elle explore l’autre dimension industrielle de Fourmies qui n’est autre que le verre. L’exposition s’appelle, l’envers du verre, on découvre l’origine du verre, sa fabrication, ses différents usages. En tout, 300 objets. Depuis la découverte du verre vers –5 000 av. J.-C., jusqu’à ses usages contemporains, puisqu’on s’est rendu compte qu’il était bien plus écologique et réutilisable que le plastique.

 

D’ailleurs, on peut se demander pourquoi on trouve une exposition consacrée au verre dans une ancienne filature de laine !

Je me suis posé la même question. Et en réalité, il ne faut pas oublier que Fourmies est historiquement une région verrière, avec la Verrerie du Houy et la Verrerie de Montplaisir qui sont les premières verreries installées dans le département du Nord, au tout début du XVIIe siècle. Puis il y a eu d’autres verreries qui ont été créées au XIXe siècle, l’une d’elle a failli être détruite après une explosion provoquée par les Allemands à la toute fin de la Première guerre mondiale. Et puis elle a fermé ses portes dans les années 1950. Une histoire verrière donc, qui justifie l’exposition qui évidemment ne se limite pas au verre produit sur place.

 

D’accord, donc en fait dans cette exposition, on peut voir des objets issus du monde entier ?

Exactement puisqu'au fil des siècles et des échanges, les techniques verrières se sont développées dans le bassin méditerranéen et en Europe, dans la région syrienne, en Palestine, mais aussi à Venise, en Angleterre, en Bohême, et plus proche de nous, dans le Nord et l’Est de la France. Par exemple vous allez trouver aussi bien des fibules mérovingiennes que des vitraux du Moyen-Age, mais aussi des tasses fabriquées dans des cristalleries de Moselle au XIXe siècle, des carafes en Pyrex - pardon en verre borosilicaté, oui Vincent vous allez apprendre de nouveaux mots au passage - des flacons à eau de vie, des flacons de parfum. Bref tout ce qui se fait en verre est dans l’exposition. 

 

Comment est organisé le parcours de l’expo ?

Il est assez bien pensé car vous pouvez le découvrir selon quatre thématiques différentes selon vos centres d’intérêt. Il y a un parcours art et design, un parcours historique, un parcours ethnologie et enfin un parcours sciences et techniques. Vous choisissez votre préféré, il y a des livrets à disposition pour arpenter l’exposition, Donc en à peu près une heure, ou deux si vous voulez vraiment approfondir le sujet, vous pourrez tout savoir du verre.

Exposition : découverte des secrets du verre à Fourmies
Date : 1802 – 1937 • Lieu de fabrication : Verrerie de Sars-Poteries ou provenant d’une autre verrerie du Nord de la France ou de la Belgique • Matériaux : verre bleu soufflé en multicouches et taillé, bouchon creux • Collection : Coll. MusVerre • Crédit photo : © Beurtheret

Date : 1802 – 1937 • Lieu de fabrication : Verrerie de Sars-Poteries ou provenant d’une autre verrerie du Nord de la France ou de la Belgique • Matériaux : verre bleu soufflé en multicouches et taillé, bouchon creux • Collection : Coll. MusVerre • Crédit photo : © Beurtheret

Date : XVIIIe • Lieu de fabrication : Bohême • Matériaux : verre blanc et feuilles d’or à double paroi dit technique Zwischengoldglas, soufflé, coupé, doré • Collection : Coll. J. Geyssant • Crédit photo : © Lucie Nicolas / Ecomusée de l’Avesnois

Date : XVIIIe • Lieu de fabrication : Bohême • Matériaux : verre blanc et feuilles d’or à double paroi dit technique Zwischengoldglas, soufflé, coupé, doré • Collection : Coll. J. Geyssant • Crédit photo : © Lucie Nicolas / Ecomusée de l’Avesnois

 

Vous avez eu des coups de cœur pour certains objets ?

Eh oui, deux en particulier ! Un gobelet ZWISCHENGOLDGLAS. Il est fait de deux parois de verre et d’un décor en feuille d’or, inclus entre les deux parois d’où le nom allemand de Zwischengoldglas. C’est une technique très délicate pratiquée en Bohême dans les années 1730-40 d’une grande habileté dans la ciselure et gravure de la feuille d’or. L’autre objet, c’est une carafe Boulle bleue, en verre soufflé et taillé. Après il y a 298 autres objets, donc je vous invite à aller sur place pour faire votre sélection !

 

Et qui dit verre, dit souffleur de verre !

SON souffleur de verre

“Le souffleur de verre ne manque pas d’air” chantait Mort Shuman en 1973. Evidemment, et ce qui est génial c’est que dans l’autre musée de Fourmies, il y a des démonstrations réalisées par des souffleurs de verre. ça se passe à Trélon, dans l’atelier-musée du verre. Devant vous en une dizaine de minutes jaillit une boule de Noël ou un verre selon une technique millénaire. Attention, on ne s’approche pas trop, car les fours sont quand même à une température de 1300 degrés, mais c’est fascinant de découvrir comment se fait la fabrication de ces objets artisanaux. Une exposition très riche donc à retrouver à Fourmies, dans le Nord !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article