Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Chronique : du passe vaccinal au grand coup de Kärcher

Chronique : du passe vaccinal au grand coup de Kärcher

Sur la matinale Ligne Droite, ma chronique du mercredi 12 janvier est à retrouver ici à partir de 0h31 :

https://www.radiocourtoisie.fr/2022/01/12/ligne-droite-du-12-janvier-2022/ 

Texte de la chronique ci-dessous :

Et aujourd’hui, vous avez voulu revenir sur la position de Michel-Edouard Leclerc sur le passe vaccinal.

Eh oui Clémence, on se souvient que le patron des centres commerciaux Leclerc avait indiqué sur CNews mardi 4 janvier qu’il ne s’opposerait pas à l’obligation de détenir un passe vaccinal pour accéder à certains des magasins de l’enseigne, si jamais la loi venait à passer. Ses propos ont scandalisé une partie de l’opinion publique et déclenché un appel au boycott sur les réseaux sociaux. Résultat, un rétropédalage hier dans la matinale de RMC.

SON LECLERC

Un passe vaccinal qui continue de faire débat, notamment au Sénat.

En effet puisque le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire a été examiné en première lecture par le Sénat hier soir. Le sénateur LR de Côte d’Or Alain Houpert, médecin radiologue de profession, a indiqué JE CITE : “Je ferai tout pour que la vaccination obligatoire ou le passe sanitaire qui en est le faux-nez ne fassent pas force de loi !” Un positionnement opposé à celui du sénateur proche d’Edouard Philippe et ardent défenseur de la macronie, Claude Malhuret, lui aussi médecin et co-fondateur de Doctissimo.

SON MALHURET

Un propos mesuré et respectueux des adversaires politiques ! La lecture et l’examen d’amendements sur ce projet de loi dont la mesure principale concerne la transformation du passe sanitaire en passe vaccinal se poursuivra cet après-midi au Sénat. Je précise que Philippe Bas, ancien ministre, questeur du Sénat et sénateur répondait hier à 22h sur Twitter à la question de la limitation dans le temps du passe : “Comme la protection vaccinale diminue avec le temps, la vaccination  peut avoir besoin d’être renouvelée pour maintenir un haut niveau de protection, et on ne peut pas répondre par avance à cette question.” Le passe sanitaire, c’est comme l’état d’urgence, on sait quand il entre en vigueur, mais on ne sait pas quand il prendra fin.

 

Au même moment, un certain nombre de médecins mettent en cause la gravité de la vague Omicron.

C’est le cas par exemple du Pr Michaël Peyromaure, chef du service d'urologie de l'hôpital Cochin à Paris, invité hier de l’émission de Sonia Mabrouk sur CNews.

SON PEYROMAURE

Tester à l’envi des enfants pour se retrouver avec des rhumes ou des maladies aux symptômes similaires en plein hiver, la belle affaire semble-t-il en conclure. Nous y reviendrons un peu plus tard avec vos invités Clémence, mais lancer des fouilles archéologiques quotidiennes dans le nez des élèves de primaire, cela est loin de plaire à tout le monde !

 

D’ailleurs, les médecins semblent même sceptiques quant à l’obligation vaccinale.

C’est le cas du Pr Peyromaure, qui, toujours sur CNews hier, relève cette simple évidence.

SON EFFETS INDÉSIRABLES

Quant au Pr Didier Raoult, directeur de l'IHU Méditerranée Infection, il observe une recrudescence des cas de COVID chez des personnes qui viennent de recevoir une injection de vaccin.

SON RAOULT

Pour le Dr Guillaume Barucq, médecin généraliste à Biarritz, JE CITE “on peut critiquer Raoult mais il a le mérite de montrer du doigt l’éléphant dans la pièce qu’on ne veut pas voir mais qu’on observe tous les jours : le nombre élevé de cas Covid qui se déclarent dans les 2-3 semaines après vaccination.”

Dans son intervention qu’on peut retrouver sur YouTube, le Pr Raoult prend aussi l’exemple de l’Australie dont la stratégie vaccinale est maximaliste et à marche forcée - pensées pour le champion de tennis Novak Djokovic. Il note que le pays compte en un mois 800.000 cas, soit 80% des cas depuis le début de l’épidémie. Et ce, juste après la vaccination généralisée. Pour le professeur marseillais, dire que la vaccination permet de faire baisser les cas n’est pas vrai, c’est une croyance qui relève de la religion.

 

Et on termine cette chronique par un grand coup de Karcher.

L’entreprise allemande Karcher n’est pas du tout contente et l’a fait savoir par le biais d’un communiqué publié hier. Elle réagit “aux propos déplacés et réitérés de Madame Valérie Pécresse, candidate à l’élection présidentielle, qui a utilisé à plusieurs reprises la marque Karcher de manière inappropriée. [...] Le Groupe Karcher se bat, depuis des années, pour que sa marque ne soit pas exploitée sur la scène politique française, où elle n’a pas sa place, et s’oppose à ce qu’elle soit associée à tout parti ou courant politique.”


Dont acte, donc, au moment où l’entreprise sponsorise une partie des travaux de rénovation de l’obélisque de la place de la Concorde. Valérie Pécresse voulait sortir le Karcher rangé à la cave pour nettoyer les quartiers. C’est finalement le Karcher qui a nettoyé Valérie Pécresse. Retournera-t-elle dans la cave ? Souhaitons que Thomas Zlowodzki, votre invité LR Clémence, réponde rapidement à cette question.

Chronique : du passe vaccinal au grand coup de Kärcher
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article