Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

L'Emmerdeur, le retour

L'Emmerdeur est de retour, plus déterminé que jamais

L'Emmerdeur est de retour, plus déterminé que jamais

Sur la matinale Ligne Droite, ma chronique du mercredi 5 janvier est à retrouver ici à partir de 1h26 : https://www.radiocourtoisie.fr/2022/01/05/ligne-droite-du-5-janvier-2022/ 

Texte de la chronique ci-dessous :

 

Éléonore, ce matin, vous avez choisi de revenir sur les mots injurieux du président de la République dans Le Parisien.

Tout à fait Emmanuelle, puisque comme des millions de Français, j’ai lu avec intérêt les mots du président philosophe dans le quotidien. “Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder, déclare Jupiter. Et donc, on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Monseigneur est trop bon Et donc, il faut leur dire, poursuit Emmanuel Macron : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné…” Il a hésité à ajouter “vous ne pourrez plus respirer” avant de se raviser, pour des raisons de dignité et de respect de la fonction présidentielle.

 

Ces propos ont d’ailleurs heurté un grand nombre de Français…

D’autant plus que le 16 décembre, le président déclarait sur TF1 “il y a des mots qui peuvent blesser et je pense que ce n’est jamais bon et même inacceptable. Le respect fait partie de la vie politique, et donc j’ai appris.” Un apprentissage de courte durée, donc, dont les effets se sont dissipés dès le nouvel an.

 

SON BRASSENS

Il y a les emmerdeuses, les emmerdantes, et les emmerderesses. Ne soyons pas misogynes comme Brassens, maintenant l’Emmerdeur en chef, revendiqué, assumé avec morgue et de forts coups de menton, c'est Emmanuel Macron ! C’est la folie sur Twitter, tous les emmerdés de France s’y sont précipités pour exprimer leur colère au moyen de mots-dièses désormais bien connus comme #MacronDestitution ou encore #JeanMichelTrogneux2022, l’avatar masculin de la femme du président. L’agacement est un faible mot pour décrire l’indignation que ressentent des millions de Français, vaccinés ou non, devant la dernière provocation présidentielle. En 1984, le chansonnier Thierry Le Luron parodiait la chanson de Gilbert Bécaud, l’important c’est la rose, c’étaient les années Mitterrand : 

 

SON L’EMMERDANT C’EST LA ROSE

Pour les non vaccinés, l’emmerdant, c’est la dose. Mais pour le président, l’emmerdant, c’est la prose. Car un président ne devrait pas dire ça. Même Hollande dans ses pires offs ne l’aurait pas fait. “Un irresponsable n’est plus un citoyen.” poursuit Emmanuel Macron dans Le Parisien. Les terroristes islamistes sont davantage citoyens que les non-vaccinés puisque rappelons-le, en février 2016, alors qu’il était encore ministre de l’Economie de François Hollande, Emmanuel Macron s’opposait à la déchéance de nationalité des terroristes. “Je pense qu'on ne traite pas le mal en l'expulsant de la communauté nationale. Le mal est partout.” Une indulgence dont ne pourront pas bénéficier les non-vaccinés.

 

Les députés présents dans l’hémicycle pour un nouvel examen du projet de loi mettant en place le passe vaccinal ont eux aussi été outrés.

A l’Assemblée nationale, les députés de l’opposition ont obtenu une suspension de séance, ils ont demandé à ce que Jean Castex se rende fissa à l’Assemblée pour s’expliquer sur les propos insultants du président. Ce qu’il n’a pas fait. Après avoir hurlé sur les députés de l’opposition qui ont refusé de voter pour le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire dans la nuit de lundi à mardi. C’était hier que s’exprimait le Premier ministre.

 

SON CE N’EST PAS RESPONSABLE

Ne pas voter comme l’exige le gouvernement, ce n’est pas responsable. Ne pas se soumettre à la stratégie de l’épuisement parlementaire, ce n’est pas responsable. Refuser que la vie sociale soit soumise à la présentation d’un QR code vingt fois par jour, ce n’est pas responsable.La vague Omicron déferle sur la France, majoritairement chez les vaccinés, ses effets sont bénins ; pour le gouvernement, il devient nécessaire que les 10% de Français non-vaccinés rejoignent de force le clan. Au Royaume-Uni, 89% des nouveaux cas de COVID sont entièrement vaccinés, selon le Lancet ; en Allemagne, 95,6% des cas d’Omicron concernent des vaccinés, selon l’Institut allemand Robert Koch. Mais en France, si l’épidémie continue, c’est bien sûr du fait des non-vaccinés. D’où l’urgence de voter ce passe vaccinal, comme l’a rappelé avec sérénité le Premier ministre.

 

SON CASTEX APPELLE A LA SÉRÉNITÉ

“IL FAUT LA SÉRÉNITÉ" qu’est-ce qui n’est pas clair dans le mot de sérénité ? Votez comme on vous dit de voter, sereinement, en votre âme et conscience et sans aucune pression.

 

En effet, cela interroge sur l’état d’esprit de l’exécutif…

Pourquoi une telle fébrilité ? Sont-ils tous en train de décompenser ? Le pétage de plomb, une manière de gouverner ? En 1973, Edouard Molinaro sortait L’Emmerdeur, un film mettant en scène Jacques Brel, le personnage éponyme, et Lino Ventura, l’emmerdé, un tueur à gage tentant discrètement d’accomplir son office dans la chambre mitoyenne. C’était les emmerdeurs du monde d’avant. Maladroits, drôles, pénibles mais presque touchants. Dans le monde d’après, les emmerdeurs sont au sommet de l'État et disposent des codes nucléaires. Je vous laisse avec la musique du film de Molinaro signée Jacques Brel et François Rauber. L’Emmerdeur du monde avant.

 

SON L’EMMERDEUR

 

Merci Eléonore de Vulpillières !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article