Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Giroflée des murailles

Giroflée des murailles

Blog d'Eléonore de Vulpillières. Je m'intéresse à l'actualité qui touche le discours politique, l'Union européenne, et la vie des idées. (Plus la Russie et la Chine)

Riad Hijab : qui est cette figure de l'opposition syrienne reçue plusieurs fois à l'Elysée ?

Riad Hijab à l'Elysée en janvier 2016

Riad Hijab à l'Elysée en janvier 2016

Riad Hijab, coordonnateur du Haut comité de l’opposition en vue des négociations, a été reçu à l'Elysée par Emmanuel Macron, mardi 30 mai. Il est venu accompagné d'une délégation composée de Monzer Makhous, ambassadeur en France de la coalition nationale syrienne, Georges Sabra, chrétien, président du Conseil national syrien depuis 2012 et coordonnateur adjoint du HCN, et Bassma Kodmani, fille d'un ancien ambassadeur de Syrie en France, cofondatrice du CNS qu'elle a depuis quitté, et membre de l’équipe des négociateurs à Genève.

On peut lire ici le communiqué de presse de l'Elysée.

Riad Hijab : qui est cette figure de l'opposition syrienne reçue plusieurs fois à l'Elysée ?
Tweet du compte officiel de M. Macron. La France mise sur un ex-apparatchik du régime, homme de paille de Riyad et Doha, pour assurer la "transition démocratique" en Syriede

Tweet du compte officiel de M. Macron. La France mise sur un ex-apparatchik du régime, homme de paille de Riyad et Doha, pour assurer la "transition démocratique" en Syriede

Que représente M. Hijab ? Pourquoi a-t-il le privilège d'être reçu à l'Elysée, au lendemain de la venue de Vladimir Poutine ?

Né en 1966, Riad Hijab a fait toute sa carrière du sein du parti Baas, actuellement au pouvoir en Syrie. Ministre de l’Agriculture lorsque le soulèvement éclate en 2011, cet homme politique sunnite est nommé Premier ministre de Bachar el-Assad le 23 juin 2012 et en démissionne le 6 août.

Depuis décembre 2015, Riad Hijab est le coordinateur du principal groupe de l’opposition syrienne, le HCN, qui rassemble des organisations politiques et militaires. Celui-ci est soutenue par l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie et les Occidentaux. Les pays qui soutiennent l’opposition syrienne, dont la France, espèrent qu'il soit un possible dirigeant au cas où une transition politique prendrait forme, après six ans de guerre en Syrie.

L’ancien Premier ministre accuse Assad de « mentir » sans cesse et d’avoir « livré la Syrie » à ses alliés russes et iraniens. Celui dont le patronyme ressemble au nom de la capitale du royaume saoudien dénonce une mainmise iranienne sur son pays : « Hafez al-Assad avait réussi à garder un certain équilibre avec les Iraniens. Or, aujourd’hui, ce sont eux qui décident. »

Hijab n'est finalement qu'un ancien apparatchik du pouvoir baasiste, « porteur de valises des caciques du régime, ayant grimpé les échelons hiérarchiques à coups de piston » comme l'écrit René Naba, journaliste spécialiste du monde arabe, ancien correspondant de l'AFP à Beyrouth. « Rien, ni son parcours politique, ni sa combativité militante, ni son charisme, encore moins la profondeur de sa pensée stratégique ou son habilité manœuvrière, » complète-t-il. Un ancien du régime, aligné sur les desiderata des royaume et émirat sunnites de l'Arabie saoudite et du Qatar – dont on murmure qu'il aurait reçu la somme de 10 millions de dollars pour prix de sa défection au régime – , soutenu par les Occidentaux, et très opposé à l'Iran et à la Russie.

Chose rare à l'heure des réseaux sociaux, cet ancien premier ministre ne dispose pas d'un compte Twitter officiel. Sa communication est fort peu officielle. Lorsque l'on tape son nom en écriture latine dans Twitter, seul apparaît un compte très peu suivi, en espagnol, décrit comme servant à « l'exercice de négociation dans le cadre d'un cours de l'Université Ibéro-américaine de techniques de négociation ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article